Avez-vous déjà essayé de vous repérer par rapport à un panneau, un écriteau… alors que vous êtes dans un train lancé à plus de 300 km/h ? J’essaie souvent de le faire lors de mes déplacements… mais je n’y suis encore jamais arrivée. Il est bien difficile de distinguer les détails quand le paysage défile à toute vitesse sous les yeux. On ne peut repérer que les grands traits.

À quelle vitesse défile notre vie ? De plus en plus vite disent certains. Encore une année qui touchera bientôt à sa fin, avec ses nombreux projets arrivés plus ou moins à terme…

À quelle vitesse vivons-nous ? Arrivons-nous encore à distinguer les détails qui font tout le charme de notre vie ? Souvenons-nous des parfums et couleurs des lieux traversés, des émotions que des rencontres ont suscitées, les paroles qui nous ont encouragés ? Pour cela, il nous faudrait peut-être, de temps à autre, accepter de ralentir…

Quel paysage offrent nos vies ? Parfois celui d’une course pour arriver à achever certains projets, ou celui de l’escalade d’une paroi qui se dresse sur notre chemin… Mais certainement aussi la douceur apaisante des rencontres, des paroles encourageantes échangées… Et si, en ce dernier trimestre de l’année, nous prenions le temps de nous poser pour revoir le chemin parcouru. Dans tout ce que nous avons vécu, face à ce que nous avions projeté ou aux imprévus que nous avons dû gérer… une question se pose à nous : À quoi aura contribué cette année ? A-t-elle aidé chacun d’entre nous, là où il se trouve dans son parcours, à aimer Dieu encore davantage, à s’attacher à lui de tout son coeur, c’est-à-dire avec intelligence, passion et action ? Alors oui, cette année- là aura été une année importante dans notre parcours.

Jéma Taboyan

Texte adapté d’Epi, octobre à décembre 2008 (Ligue pour la Lecture de la Bible), avec l’aimable autorisation de l’auteur