Edito du bulletin de l’église, septembre 2016.

« Si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ;
si l’Eternel ne garde la ville, celui qui la garde veille en vain »
Psaume 127:1

Le psaume 127 nous enseigne que le contentement et la confiance en Dieu rendent prospère plus que toutes les agitations auxquelles un homme peut se livrer toute sa vie durant. Salomon son auteur rappelle avec insistance que ce que l’homme aurait la prétention de réaliser sans Dieu, ne serait que pure vanité car s’il vit, c’est par l’effet de la grâce de Dieu et tout dans la nature le rappelle bien que l’homme en soit insensible. C’est pour cela que le psaume nous invite à mettre Dieu au centre de nos vies, au centre de nos projets : « Si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ».

Bien d’hommes et de femmes ont cru qu’avoir une belle maison, s’acheter la plus belle voiture qu’on puisse imaginer, avoir un boulot qui procure un bon salaire, pouvoir se payer de bons moments de loisir en famille ou avec des amis, cela rendrait leurs vies plus belles et plus heureuses. Ils ont consacré leurs existences à faire de ces choses l’objectif premier de leurs vies. Ils ont certainement réalisé de grandes choses aux yeux des hommes, mais ils n’ont pas toujours connu le bonheur. Bien de chrétiens aussi montent des projets de vie (professionnelle, conjugale, ou autres) sans avoir cherché la face de Dieu, cherché ses conseils dans sa Parole, tout en espérant qu’il viendra un jour réparer les conséquences désastreuses de leurs choix (la grâce à bon marché).

Mais quand bien-même l’homme pourrait réaliser ses projets sans Dieu, Jésus demande : « que sert-il à un homme de gagner le monde, s’il perd son âme ? » (Marc 8 v36), ce qui se traduit par : « que sert-il à un homme de se livrer à la réussite de sa vie ici-bas, si Dieu son Créateur n’est pas au centre ? » S’agiter, se préoccuper uniquement de ces choses, en faire le but de sa vie sans Dieu, cela fait passer à côté de l’essentiel, à côté du plus important : le salut de son âme. Car, rien de tout ce que nous aurons gagné ici-bas ne résistera au temps, mais notre âme gagnée en Christ et mise au service de Dieu, est un trésor qui ne périra pas (Matthieu 6 v19-21).

S.Kéglo