Un jour, j’ai reçu ce texte que je trouve très beau. Je n’en connais pas l’auteur, mais je vous invite à y trouver matière à réflexion.

C’est l’histoire de deux amis qui marchaient dans le désert.

À un moment, ils se disputèrent et l’un des deux donna une gifle à l’autre. Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable :

« Aujourd’hui mon meilleur ami m’a donné une gifle ».

Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent une oasis, dans laquelle ils décidèrent de se baigner. Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva. Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre :

«Aujourd’hui mon meilleur ami m’a sauvé la vie ».

Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda :

« Quand je t’ai blessé tu as écrit sur le sable, et maintenant tu as écrit sur la pierre. Pourquoi? »

L’autre ami répondit:

« Quand quelqu’un nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable, où les vents du pardon peuvent l’effacer. Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre, où aucun vent ne peut l’effacer ».

Apprends à écrire tes blessures dans le sable

et à graver tes joies dans la pierre

Je vous laisse méditer ces paroles de l’apôtre Paul en complément de cette petite réflexion.

« Puisque Dieu vous a choisis pour lui appartenir et qu’il vous aime, revêtez-vous d’ardente bonté, de bienveillance, d’humilité, de douceur, de patience —

supportez-vous les uns les autres, et si l’un de vous a quelque chose à reprocher à un autre, pardonnez-vous mutuellement ; le Seigneur vous a pardonné : vous aussi, pardonnez-vous de la même manière.

Et, par-dessus tout cela, revêtez-vous de l’amour qui est le lien par excellence.

Que la paix instaurée par le Christ gouverne vos décisions. Car c’est à cette paix que Dieu vous a appelés pour former un seul corps. Soyez reconnaissants ». (Col. 3 :12-15)

  • Colette Jeuch