Edito du bulletin du mois d’avril 2015.

Que représente pour nous le tombeau qui n’a pu retenir le corps du Fils de Dieu ?
Nous affirmerons facilement qu’il est la manifestation de la puissance de vie déployée par Dieu en son Fils et à travers lui, pour tous ceux qui croient. Il est l’expression de l’autorité que désormais le Christ ressuscité reçoit du Père, écrasant ainsi la mort et l’aiguillon de la mort (1 Corinthiens 15 : 56).
Mais en ce matin de la résurrection, quand le Christ revoit ses disciples, ce n’est pas à tout cela qu’il associe la puissance, l’autorité qu’il exercera désormais. Car la vie, ils l’ont déjà, depuis qu’il les a choisis ; la victoire sur la mort et l’aiguillon de la mort, ils l’ont également. Ce ne sera plus l’objectif ultime de leur existence en tant que disciples ; ce ne sera plus l’objet de leur recherche dans leur cheminement au nom du Christ ressuscité.
Le Seigneur associe sa puissance, son autorité, à la mission que cette résurrection leur assigne désormais : faire des disciples. « … Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples,… » (Matthieu 28 : 19).
Désormais, au nom du Christ et portés par la puissance de sa résurrection, nous avons la mission d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce, la transmettre à notre tour, ne pas la confisquer pour nos simples besoins, mais la répandre autour de nous par nos vies ressuscitées à la gloire de Dieu. Ouvrons-nous donc à l’Esprit du Ressuscité. Qu’il nous emplisse de courage et de force pour porter avec fidélité, avec consécration, l’Evangile à nos contemporains.

S.Kéglo