Bientôt c’est Pâques et le monde chrétien, dans sa totalité, célébrera la victoire du Christ sur la mort pour garantir à ceux qui croient en lui, la vie pour toujours. Cet événement est le centre de notre foi, et il fait la force de l’espérance chrétienne. C’est un jour de gloire pour notre Seigneur, gloire qu’il nous promet, car c’est pour nous qu’il est ressuscité. Mais avant, il y a la croix qu’il a accepté de porter, et il nous invite à accepter de la porter également : « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. » (Marc 8 : 34).

Mais que c’est dur de porter sa croix et de suivre Jésus sur ce chemin-là ! Car il faudrait accepter d’être humble (ou même humilié), et nous, nous aimons les honneurs ; il faudrait accepter d’être le dernier et nous, nous aimons les premières places ; il faudrait se faire serviteur des autres, et nous, nous préférons être servis, nous préférons être les maîtres ; il faudrait accepter de mourir, et nous, nous aimons les plaisirs de la vie (Luc 8 : 14) plus que la vie elle-même. Misérables que nous sommes ! Pourrions-nous dès lors connaître la gloire de la résurrection et porter du fruit pour le Royaume de notre Seigneur ? « …Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. » (Jean 12 : 24).

Simon Kéglo

Tags: , , , , , ,